La Vuelta a León

Après le stage en Andorre nous avions rendez-vous avec la grosse course à étapes de l’été : la Vuelta a León

Gros efforts, sensations et plaisir : voilà ce que je retiens de ces 6 jours de course. En bonne condition, j’ai été actif tous les jours dans un rôle de coéquipier qui me convenait bien. J’ai passé du temps à protéger mes leaders, à rouler en tête de peloton, ou simplement assurer les ravitaillements mais j’ai aussi pu être offensif : j’ai réussi à me glisser dans la grande offensive qui a animé la 3ème étape en ligne.

Bien sûr, en ne comptant pas mes efforts dès le kilomètre zéro, j’ai terminé relégué dans le gruppetto sur les trois étapes de montagne. Mais ça n’a jamais été frustrant car notre leader Nicolas Saenz a répondu présent tous les jours. Toute l’équipe a été soudée, agressive dans le bon sens du terme. Nous avons évolué à un niveau supérieur à celui qui était le nôtre jusqu’alors, cette course nous servira de référence pour la suite. C’est arrivé au bon moment : la Vuelta a León, avec ces 6 jours de course (1 prologue + 5 étapes en ligne, dont un triptyque montagneux) est la plus importante course à étapes du calendrier amateur espagnol. Avec un plateau de qualité et international : Colombiens, Américains et Norvégiens étaient au départ, ainsi que l’équipe du Centre Mondial du Cyclisme de l’UCI.

Passage à la voiture du DS après avoir travaillé devant. Instagram Eiser Hirumet

Finalement, l’épreuve nous laisse une saveur douce-amère, car nous sommes passés tout près de la victoire. Sur la première étape, Vicente, qui courait à domicile, échoue à la 2ème place après être sorti dans le dernier kilomètre. Puis Nicolas, très solide en montagne mais piégé par une échappée, termine 7ème du général, avec également plusieurs accessits sur les étapes montagneuses. Mais comme le dit notre directeur sportif, si nous n’arrivons pas à être satisfaits des résultats après une telle course, c’est plutôt bon signe…

A titre plus personnel, c’était ma première et dernière participation à cette course, et j’en tire beaucoup de positif ! J’ai aussi pu mesurer mes progrès par rapport aux vueltas de l’été dernier : j’encaisse beaucoup mieux la répétition des efforts.

Mais bon, à présent, je vais tout de même prendre un peu de repos… J’en ai besoin, je crois 😉

Entrain et dynamisme collectif lors du trajet vers le départ de la dernière étape.

About the author

Mi-cycliste, mi-étudiant en ingénierie mécanique à l'INSA Lyon.
En échange Erasmus à l'Université du Pays Basque à Bilbao pour l'année 2018/2019. J'ai regardé 300 fois "l'Auberge Espagnole" et "Le vélo de Ghislain Lambert" avant de me lancer dans l'aventure.

Laisser un commentaire