L’heure du bilan

Il y a deux semaines, je courais le championnat de France de demi-fond. Ce qui m’a permis de finir à 80 km/h une saison dense.

Il m’aura fallu un peu de temps pour encaisser ce championnat et la 5ème place que Marc et moi y avons décrochée. Parce que le demi-fond, ça cogne. J’avais beau le savoir, (j’ai débuté il y a 2 ans dans cette discipline), je pensais bien me connaître car cela fait déjà un paquet d’année que je cours, mais dans les semaines précédant le championnat et bien sûr le jour J, ça a cogné dur. Avec Marc, nous sous sommes préparés très sérieusement sur la piste de la Tête d’Or. Des séances régulières entrecoupées des repos suffisants et couplées à mon programme de courses. J’ai découvert de nouvelles sensations. Cette impression de planer quand on est dans le rythme, quand goûter l’aspiration de la moto est un régal. Cette fatigue latente qui suit les grosses séances, qui colle aux jambes et à la tête jusqu’au lendemain. Pourtant, se faire mal sur le vélo, tous les cyclistes connaissent. Avec le demi-fond, j’ai poussé le curseur un peu plus loin. Il y a aussi les jambes de feu quand on surcompense 2 jours après avoir roulé derrière la moto. Et ce moment où je ne suis plus capable de maintenir ma position sur le vélo, quand c’est à fond couché sur le cadre, au mental. Il faut avoir une bonne raison pour rester accroché au sillage de la moto. J’en avais une, la même que tous mes adversaire au championnat : l’espoir d’une médaille.

14516562_1257597667605637_2568249928404544410_n
Pendant le championnat de France. Photo Loïc Cousin, Slap’on Graphie : slapongraphie.fr

Il n’y en aura pas, en tout cas pas pour cette année : l’équipage Pacheco-Rouland termine 5ème du championnat remporté par Toscano-Clère. Nous sommes tombés sur plus forts, voilà tout. S’il n’a pas récompensés nos efforts -je dis bien les nôtres, car il fallait aussi mettre de l’énergie de de la volonté pour conduire tous mes entraînements sur la moto, y compris au mois d’août sous la canicule-, le championnat m’a au moins permis de valider ma progression par rapport à ma première participation. Et surtout, de mesurer ce qu’il reste à accomplir pour monter sur la boîte ! Je profite de cet article pour remercier une nouvelle fois Marc pour tout ce qu’il a accompli, et l’énergie dingue qu’il met au service du cyclisme. En septembre, il était présent à la Tête d’Or le mardi avec son derny pour l’entraînement du comité, le mercredi midi pour notre entraînement de demi-fond avant d’enchaîner sur l’entraînement des jeunes du Lyon Sprint Évolution, le jeudi pour un nouvel entraînement sur la piste… Et après avoir « tiré » le keirin sur son derny au championnat de France, il le fera la semaine prochaine lors des « Europe » ! Chapeau Pacheco !

Pour ma part c’est maintenant une courte période de repos avant d’entamer la préparation pour la prochaine saison. C’est le bon moment pour faire le bilan, se projeter sur la saison à venir, -et même à plus long terme. Je viens de finir ma meilleure saison à ce jour, même s’il y a eu un peu trop de secondes places à mon goût : 3 sur route pour 1 seule victoire, au moins autant sur piste pour un seul omnium remporté ! Si on m’avais annoncé à l’avance un parcours aussi dense, je ne l’aurais pas cru. Il y aura des souvenirs marquants, comme sur les courses à étapes avec notre belle petite équipe. J’ai couru à plusieurs reprises en 1ère catégorie, il va falloir s’y habituer car l’année prochaine je serai à ce régime tous les dimanches. Mais en fait, j’ai hâte d’y être !

[Mise à jour 1] : je mets ici le lien du résumé des championnats de France de demi-fond par Patrick Police. La course y est parfaitement saisie… Et je vous laisse découvrir la suite sur ce lien. (il semblerait que le site rencontre un problème au moment où je publie la mise à jour, espérons que ce ne soit que temporaire)

[Mise à jour 2] : est-ce vraiment un hasard ? Au moment où je publiais cet article, Michel Meunier, responsable de la commission piste et organisateur de nombreuses épreuves du piste, publiait ce statut Facebook… La preuve que même si nous n’avons pas gagné le titre cette année, nous avons vraiment gagné quelque chose lors de ce championnat. Ce « quelque chose » qu’on retrouve dans tous les encouragements et les témoignages de sympathie que nous avons reçu, et qui donne envie à Michel de se lancer pour un championnat à Lyon ! Effet boule de neige, forcément ça donne envie de s’y préparer…

statut-michel-meunier
Un statut Facebook qui fait plaisir à lire… Merci Michel, toujours à fond !

About the author

Mi-cycliste, mi-étudiant en ingénierie mécanique à l'INSA Lyon.
En échange Erasmus à l'Université du Pays Basque à Bilbao pour l'année 2018/2019. J'ai regardé 300 fois "l'Auberge Espagnole" et "Le vélo de Ghislain Lambert" avant de me lancer dans l'aventure.

Comments

Laisser un commentaire