News #6

L’actu

Nous voilà déjà mi-avril. Les courses s’enchaînent avec pour moi un certain nombre de découvertes comme le Tour Pays Saint Pourcinois ou le Tour du Charolais. De très belles courses, tant au niveau des parcours (bien souvent des courses en ligne avec un final en circuit ou alors des grands circuits vallonnés) qu’au niveau sportif. Leur déroulement se rapproche de ce qu’on peut observer chez les pros, avec des tentatives d’échappée au long cours, un peloton qui contrôle (mais n’y arrive pas toujours !), des grandes manœuvres d’équipes, et les costauds qui se dégagent « à la pédale » en fin de course. A titre personnel, j’ai la sensation de progresser au fil des courses, même si j’aimerais toujours aller plus vite. Au Tour du Pays Saint Pourcinois (une « toutes catégories ») j’étais dans le bon coup, ça faisait plaisir d’être à nouveau devant à jouer la gagne, même si je ne termine finalement que 12ème. La moindre erreur se paie cher ! Sur les courses élites ou le niveau est encore plus relevé, ça reste compliqué d’aller chercher un gros résultat mais chaque week-end me permet d’accumuler des intensités et de l’expérience. Et aussi des sensations : je ne me contente pas de suivre les meilleurs aussi loin que je le peux, je fais la course avec mes moyens quitte à le payer par la suite. Et c’est plaisant d’être dans le jeu ! Pour progresser, je sais qu’il me faut passer le cap de la découverte, garder un maximum d’énergie pour les moments clés de la course.

17757574_1843511729232996_2386723575371917362_n
1ère course sous le maillot Hyundai et 1ère échappée, ça donne le sourire – photo Guy Chabrier

Le week-end prochain sera légèrement différent puisque je courrai le championnat de France universitaire, sur un parcours en circuit qui s’annonce plat et relativement court : seulement 100 km. Puis lundi je serai à Eybens pour un regroupement piste organisé par le comité Auvergne-Rhône-Alpes. Ce seront presque mes premiers tours de roue sur piste en extérieur : la piste de la Tête d’Or n’a rouvert que très récemment suite aux travaux de réfection. De plus j’ai manqué les deux premières courses qui y ont eu lieu, car j’étais… En course sur route. Maintenant que je suis en 1ère catégorie je cours de très belles courses, mais j’ai moins de choix dans mon calendrier. Dommage car l’association piste et route est souvent payante, ce ne sont pas les cadets de mon club qui me contrediront. Pour mon premier entraînement sur la piste, j’avais pris la caméra :

Entre le Tour du Charolais et le Grand Prix de Vougy, j’avais 8 jours sans course. Un bloc d’entraînement 2 jours plus long que d’habitude qui m’a permis de me reposer dans un premier temps, et d’accumuler les kilomètres dans un second temps. J’ai profité d’un jeudi ensoleillé pour rouler jusqu’au col de Portes, à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Lyon. J’aime cet endroit qui permet de s’élever rapidement au-dessus de la plaine de l’Ain, la vue y est magnifique. D’un côté, l’agglomération de Lyon, les zones d’activités, le Rhône, les grandes routes (et la Centrale de Saint-Vulbas), de l’autre, la montagne du Bas-Bugey.

IMG_20170413_115711
Le sentiment d’être seul au monde au sommet du col de Portes…

Actuellement je peux rouler de Lyon jusqu’au Bas-Bugey, mais bientôt je poserai mes roues… Dans le Haut-Bugey ! En effet j’ai finalement choisi de terminer mon cursus d’ingénieur dans le domaine de la plasturgie et des composites. Et pour cela, la formation de l’INSA a lieu à Oyonnax. Je rejoindrai donc la « Plastics Valley » lorsque j’aurais terminé tous mes cours à Lyon, c’est-à-dire pas tout de suite… La question d’aller ou pas étudier la plasturgie à Oyonnax s’était déjà posée une fois lorsque j’étais entré dans le cycle ingénieur, mais cela ne correspondait pas avec mon projet sportif essentiellement basé à Lyon (il n’y a pas de vélodrome à Oyonnax !), et je n’avais pas assez de délai pour m’adapter. L’opportunité se présente à nouveau à la faveur de la réforme du département de Mécanique. J’ai eu le temps d’évoluer et le contexte est plus favorable pour mener mon double projet, et comme la plasturgie est un domaine qui m’intéresse… Les échos très positifs que j’ai eus sur la formation GMPP (l’actuelle formation INSA à Oyonnax), ainsi que sur les besoins de l’industrie mécanique en matière de plasturgie -merci aux équipes d’Axeal pour les conseils- ont achevé de me décider !

 

A venir

22 avril : championnat de France Universitaire à La Barben

29 avril : démonstration de demi-fond à Méons

30 avril : Grand Prix de Liergues

1er mai : critérium derny à Valentigney

6 mai : coupe de France Fenioux sur piste au Mans

About the author

Mi-cycliste, mi-étudiant en ingénierie mécanique à l'INSA Lyon.
En échange Erasmus à l'Université du Pays Basque à Bilbao pour l'année 2018/2019. J'ai regardé 300 fois "l'Auberge Espagnole" et "Le vélo de Ghislain Lambert" avant de me lancer dans l'aventure.

Comments

Laisser un commentaire