Premiers pas à l’université

Pour la première fois, j’ai bénéficié d’un petit répit entre la dernière course de la saison et la reprise des cours, une semaine plus tard. J’ai mis ce temps à profit pour prendre du repos et du recul sur l’année qui vient de s’écouler. Une année riche en rebondissements, avec un début de saison retardé à cause de mon genou, un retour progressif, des hauts et des bas sur les courses, le déménagement en Espagne et un été très chargé sur le plan sportif. Je m’étais donné pour objectif de lever les bras une dernière fois sous le maillot du LSE. Je n’ai pas atteint cet objectif mais mon second maillot à pois au Tour Haute Saône est une belle consolation. Pour la deuxième partie de saison, je ne savais pas à quoi m’attendre. J’ai pu vite trouver mes repères et engranger beaucoup d’expérience en participant à de nombreuses courses à étapes avec Eiser Hirumet.

J’ai d’ores et déjà noté beaucoup de points sur lesquels je peux m’améliorer : l’idée pour la saison à venir n’est pas de m’entraîner plus, mais de m’entraîner mieux. Des changements que j’ai déjà commencé à mettre en place dès le début de la préparation hivernale.

A côté de tout cela, j’ai profité de cette semaine de vacances pour faire un peu de tourisme : je suis allé passer un après-midi à Pamplona, ou Pampelune en Français (et Iruña en Basque). Un très jolie ville ! J’ai été surpris par le nombre de cyclistes que j’y ai rencontrés. Il y a ceux qui font le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle (il me semble que plusieurs chemins se rejoignent dans cette ville), mais surtout beaucoup d’usagers du quotidien, des promeneurs…

Je n’ai pas choisi cette ville totalement au hasard. Pour commencer, un ami qui est parti en Erasmus là-bas me l’avait chaudement recommandée. Ensuite, j’avais rendez-vous avec Mikel, qui fabrique des vélos en bambou dans son atelier à Pamplona ! Nous avons passé un bon moment à la terrasse d’un café et Mikel en a profité pour me montrer son tout dernier vélo « aéro » (au passage, je viens de créer mon compte Instagram : hugo_rouland).

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Rencontre sympa avec Bambookoa | Hermoso encuentro con @bambookoa eskerrik asko Mikel ! #bamboobike

Una publicación compartida de Hugo Rouland (@hugo_rouland) el

De retour à Abadiño, je ne pouvais pas rester longtemps enfermé avec le beau temps… Je suis donc allé randonner dans montagne que je voyais tous les matins en ouvrant les volets ! Et au sommet, la vue valait le détour.

 

Puis la rentrée est arrivée. J’ai été accueilli très chaleureusement par mon directeur d’études avant de découvrir ma nouvelle promotion… Une promo de 15 étudiants ! A peu près 20 fois moins qu’en Génie Mécanique à l’INSA, et ça change considérablement la donne. Ici, pas d’alternance amphi/TD, nous passons tout notre temps en face à face avec un même professeur par matière, qui décide du rythme entre les cours et les phases d’exercices ou de recherche documentaire. Et le fait d’être en petit groupe crée une atmosphère de travail intéressante. Autre différence significative : à l’INSA, un grand nombre de matières sont à l’emploi du temps à raison de 2 à 4 heures par semaine environ, pendant tout un semestre. Ici, les étudiants travaillent 2 matières à fond, 10 heures par matière chaque semaine pendant 4 à 6 semaines. J’apprécie ce changement qui permet, je pense, d’éviter de se disperser dans de multiples devoirs et de progresser plus vite. En revanche, l’examen final arrive plus vite donc il ne faut vraiment pas prendre de retard.

San Mames
L'université est littéralement à côté du stade de football.
« 2 de 2 »

Je dois cependant reconnaître que pour l’instant, c’est un début en douceur pour moi : ce mois-ci, je n’étudie qu’une seule des deux matières au programme du master, aménagement de scolarité oblige. Le cours consiste en une introduction générale sur l’ensemble des matériaux. Ayant déjà de bonnes notions de bases, cela me permet de prendre mes repères avec les cours en Espagnol : rien d’insurmontable ! Mais mon directeur d’études m’a bien prévenu que le mois prochain sera plus difficile : j’étudierai deux matières totalement nouvelles. Donc, emploi du temps deux fois plus chargé et beaucoup de nouvelles notions.

En attendant, j’ai… déménagé de nouveau. En effet, l’équipe libère l’appartement dans lequel j’étais logé, j’ai rejoint un autre appartement à Durango. Adieu l’atmosphère paisible de la campagne, mais je gagne considérablement en terme de services à proximité : train et bus plus fréquent pour me rendre à l’université, commerces mais aussi piscine et salle de fitness à proximité. Très intéressant au moment de reprendre l’entraînement en vue de la saison 2019 !

About the author

Mi-cycliste, mi-étudiant en ingénierie mécanique à l'INSA Lyon.
En échange Erasmus à l'Université du Pays Basque à Bilbao pour l'année 2018/2019. J'ai regardé 300 fois "l'Auberge Espagnole" et "Le vélo de Ghislain Lambert" avant de me lancer dans l'aventure.

Comments

Laisser un commentaire