La saison est lancée

Le stage collectif en Cantabrie, et surtout la première course marquent le coup d’envoi de la saison.

Les 8, 9 et 10 février, toute l’équipe s’est rassemblée à Santoña, en Cantabrie, pour un week-end d’entraînement. Au programme : sortie longue samedi avec des efforts en bosse, contre-la-montre par équipe et simulation de sprint le dimanche. Mais aussi : entretiens individuels et collectifs, analyse de situations de course, essai des nouvelles tenues et des nouveaux casques…

C’était un stage court mais très qualitatif. J’ai apprécié le travail d’analyse de situations de course. Nous étions répartis en petits groupes qui mêlaient des coureurs qui sortent de la catégorie junior avec d’autres plus expérimentés. A partir d’un scénario fourni (parfois inspiré de courses de l’année dernière), nous devions décider de la stratégie d’équipe, et partager nos décisions à l’ensemble du groupe. Ces petits brainstormings ne paraissent pas grand-chose, mais ils permettent de prendre conscience de la complexité des situations rencontrées en course. Il n’y a jamais une unique bonne réponse, plusieurs stratégies sont possibles et il est important de savoir prendre des décisions rapidement.

Pour ma part, ce stage marquait une petite étape personnelle. En effet, la première fois que j’avais rencontré mes futurs coéquipiers d’Eiser Hirumet, c’était lors du même stage de pré-saison, un an auparavant. Aujourd’hui, je peux dire que je ne regrette pas ! Une petite boucle est donc bouclée, mais c’est surtout une anecdote car il me reste une saison complète à courir avec l’équipe !

Et justement, la saison a vite démarré puisque deux semaines après le stage, nous prenions le départ de la première course de la saison, et pas des moindres : la première manche de la Coupe d’Espagne.

Au départ de la première manche de Coupe d’Espagne, le 24 février. Photo Adrian Sainz

C’était une course un peu particulière : l’une des plus plates de la saison… Mais avec une bosse courte mais très pentue au milieu du circuit, à effectuer quatre fois.

Nous rentrons de cette première manche avec un bilan mitigé : un seul coureur dans les points (les 40 premiers marquent des points pour le classement général de la Coupe, il y a également un classement par équipe). Nous n’avons pas fait une mauvaise course mais il a manqué la conclusion. A titre personnel, j’étais dans un rôle d’équipier, que j’ai rempli au mieux mais sans être exceptionnel non plus.

Tandis que la plupart de mes coéquipiers courront ce week-end sur la première manche du Torneo Lehendakari, le challenge basque réservé aux moins de 23 ans, je patienterai jusqu’à la semaine suivante pour courir la seconde manche de Coupe d’Espagne. J’ai de quoi m’occuper en attendant : un examen d’éléments finis est prévu jeudi prochain…

About the author

Mi-cycliste, mi-étudiant en ingénierie mécanique à l'INSA Lyon.
En échange Erasmus à l'Université du Pays Basque à Bilbao pour l'année 2018/2019. J'ai regardé 300 fois "l'Auberge Espagnole" et "Le vélo de Ghislain Lambert" avant de me lancer dans l'aventure.

Laisser un commentaire